logo


Remise du Prix du Conseil 2016 par le président Yves Lagane

« La victoire toutes classes du sens marin et de l’art de vivre en mer »

Gery

1 février 2017

Cher Géry,

Faire connaissance avec vous à partir de votre curriculum vitae de navigateur, c’est parcourir un impressionnant cheminement :

  • 4 participations à des ADMIRAL ‘S CUP dont trois sous les couleurs hollandaises,
  • Trois solitaires du FIGARO (qui s’appelait encore l’AURORE) que vous terminez chaque fois dans les dix premiers et même troisième en 1984,
  • Trois SYDNEY-HOBART dont la dernière en 2015 vous a valu un hommage appuyé des médias en France et à l’étranger. Vous gagnez en IRC4 à bord de votre JPK COURRIER DU LEON, un des plus petits concurrents, et vous terminez second toutes classes
  • Quatre COMMODORE S’CUP dont deux victorieuses en 2002 et 2006
  • Treize FASNET dont quatre victoires de Classes et 1 victoire générale en 2015 alors que votre classe à elle seule comptait déjà 90 bateaux
  • Quatre victoires toutes classes de COWES DINARD
  • Une participation à la ROUTE du RHUM en classe 40 en 2006
  • Plusieurs participations au TOUR DE France à la voile
  • Mais il faut aussi mentionner la CHINA CUP de HONK HONG, les SPI OUEST France, les Grand Prix de l’Ecole Navale, les Scottish Series, la MIDDLE SEA RACE, le championnats du monde de J80, plus récemment les Régates Royales en DRAGON en 2016….

 

Bref !  De cet inventaire impressionnant on dégage aisément une dominante « course au large » et une passion de composer en régate avec un bateau, un équipage et les éléments naturels. C’est pour nous l’exemple d’une recherche permanente d’un idéal d’excellence. Mais lorsque l’on pousse la recherche un peu plus loin en interrogeant vos proches, on découvre aussi un grand marin.

Cette reconnaissance de marin vous la devez d’abord à votre famille et en particulier à votre père Dominique. Chez les TRENTESAUX, hier comme aujourd’hui, vous le dites-vous même, « la voile n’est pas une option facultative mais une matière obligatoire. Le choix, c’est Bretagne nord ou Bretagne sud ! ».

Le marin que vous étiez déjà à quinze ans impressionnait l’un de vos équipiers de SIMOUN 445 que je citerai à la fin de cet hommage. Vous lui demandiez de hisser le spi entre Saint-Cast et les Ebihens dans un bon force 5. Le voyant hésiter vous le relancez. Je le cite : « Moi, un peu pétochard avec le tangon, je lui réponds « J’essaie de le hisser ». Géry « on n’essaie pas, on réussit ! » ». Tout est là ! pas d’ambigüité sur l’identité du patron !

Cette reconnaissance de marin vous la devez aussi probablement à l’expérience acquise auprès de Piet Vroon, gentleman propriétaire-skipper qui vous embarque en 1979 comme régleur sur un voilier hollandais pour des compétitions internationales. Vous avez alors vingt ans. Il vous accompagnera pendant plusieurs années.

Vous la devez à votre épouse Isabelle qu’on présente comme la princesse des Ebihens autant qu’à vos deux fils, Antoine et Nicolas, qui sont de fidèles équipiers. Vous la devez certainement aussi aux personnalités fortes et attachantes dont vous avez choisi de vous entourer dans votre parcours. Pour n’en citer que quelques-uns et sans doute dans le désordre :  François Lamiot, Pierre Ghewy, Samuel Marsaudon, Pierre Antoine Morvan, Thomas Ruyant, Daniel Souben, Antoine Carpentier….  Jimmy Pahun, que nous connaissons bien a également fait un bout de route avec vous. On trouve encore notre cher Marc Berthier dont vous dites qu’il est « la mascotte de l’équipage, un merveilleux et délicieux marin qui navigue bien sans se prendre au sérieux ». Il y a enfin vos adversaires de toujours, qui vous respectent beaucoup, comme notre ami Jacques Peltier

Cette reconnaissance de marin s’est exprimée de nombreuses manières et plus particulièrement dans votre élection comme Vice commodore du RORC dont vous êtes membre de longue date.

Mais au-delà du sens marin nous voulons également honorer l’art de vivre avec la mer. Humanité, enthousiasme, énergie, humilité. Vous êtes également un passeur. Vous accompagnez des équipages de jeunes en mettant à leur disposition votre J80 et votre DIAM 24 ou quand vous soutenez le projet IMAGINE dont le but  est de construire un monde meilleur en mettant en valeur les héros humbles ou anonymes. On dit que votre livre préféré n’est pas « Courrier Sud » d’Antoine de Saint Exupéry qui a inspiré le nom d’un certain nombre de vos bateaux. Il serait plutôt « le Flamand des Vagues » de l’écrivain journaliste belge Jan Van Dorp, qui décrit l’histoire merveilleuse de Marinus Boer, pirate écumeur de mer du 17° siècle, redoutable meneur d’hommes mais aussi porteur des plus belles valeurs de la Flandre et du pays de Breughel.

Peut-on vous identifier à un Marinus Boer du 21° siècle ? Je cite encore ici votre équipier de SIMOUN 445 :« Géry est vraiment un gars extra, battant, cultivé, discret, toujours élégant, aimant les grands crus autant que la compétition et le dur combat à la mer contre les éléments ». Cet équipier n’est autre qu’Antoine Pichon, un ami d’enfance que nous connaissons bien, car il a pignon sur mer depuis de nombreuses années. Quel beau témoignage d’amitié ! Quel exemple ! Votre famille et vos compagnons de route ont beaucoup de chance !

Merci cher Géry, pour ce bel exemple de sens marin et d’art de vivre en mer et tous nos vœux pour vos projets futurs. Dans l’immédiat nous comprenons que les Dragonistes vont avoir du fil à retordre en 2017. Mais, nous l’avons bien compris, votre domaine de prédilection est le large. Qui sait pour le futur une victoire olympique dans une épreuve de course au large dont on parle de plus en plus ?