logo


Histoire du Yacht Club de France dans l’America’s Cup

Cup Narrow
En 1970, le Baron Bich engage de manière magistrale et pour la première fois la France dans la quête de l’America’s Cup, jusque-là exclusivement anglo-saxonne durant 110 ans. Grand chef d’entreprise, très méthodique et passionné, il met en place et pilote successivement quatre défis français en 1970, 1974, 1977 et 1980 qui restent aujourd’hui des références dans l’histoire maritime. Son dernier résultat est le meilleur de tous les défis français à ce jour. Barré par Bruno Troublé – membre du Yacht Club de France, France 3 parvenait en finale des Challengers contre Australia.
Grand marin et supporteur infatigable des valeurs de la mer, le Baron Bich est en aussi le promoteur du nouveau concept d’éliminatoires des challengers de l’America’s Cup qui naîtra quelques années plus tard sous l’impulsion et grâce à l’implication de Bruno Troublé sous le nom de Louis Vuitton Cup. C’est en effet le Baron qui réussit à convaincre en 1970 un « Defender américain» plutôt réticent d’organiser, en prélude au défi, un challenge des Challengers qui contribuera à moderniser radicalement et élargir formidablement le champ d’action de la compétition.
Ouverture, volonté, travail, méthode, enthousiasme, élégance, créativité : Marcel Bich a marqué l’histoire de l’America’s Cup et gagné le cœur des Français. Depuis lors il y a eu au moins un défi français dans chacune des éditions* de l’America’s Cup. L’aventure du Yacht Club de France, en qualité de club Challenger de défis français commence alors, lors de la première Louis Vuitton Cup, en 1983. La même année, la Coupe quittera pour la première fois le sol américain et pour rejoindre l’Australie, après cent trente-deux années de domination sans partage.

Le Yacht Club de France est un témoin de l’histoire moderne de la Cup, depuis 1983, en ayant été six fois club challenge de défis français :
  • En 1983 à Newport, RI-USA, 12mJI, Bruno Troublé est à la barre de France 3 participe à la Louis Vuitton Cup sous la direction de Yves Rousset-Rouard;
  • En 1992 à San Diego, CA – USA, Class America, Marc Pajot conduit le défi du YCF à bord de Ville de Paris et parvient en demi-finale de la Coupe Louis Vuitton;
  • En 1995 à San Diego CA-USA, Class America Marc Pajot à nouveau, à bord de France 2;
  • En 2010 à Valence Espagne, Class America. Hugues Lepic et Bertrand Pacé sont challengers pour la 33e édition de l’America’s cup avec Aleph, avant que celle-ci ne soit finalement disputée en mano a mano entre Alinghi et BMW Oracle Racing;
  • En 2013 à San Francisco Ca – USA, AC45, Bruno et Loïck Peyron participent avec brio aux ACWS qui précèdent la Coupe Louis Vuitton à bord de l’AC45 Energy Team. Le Team participe également à la Redbull Youth America's Cup réservée aux jeunes de moins de 25 ans;
  • En 2017 aux Bermudes, Territoire britannique d'outre-mer, AC48.  L’équipe de Franck Cammas, Olivier de Kersauzon et Michel Desjoyaux se prépare à porter le défi du Yacht Club de France à bord de l’AC48 Team France.


Gilles Martin-Raget nous offre 30 ans d'America's Cup en images :

  • France 3
    Photo Gilles Martin-Raget
  • Ville de Paris
    Photo Gilles Martin-Raget
  • France 2
    Photo Gilles Martin-Raget
  • Aleph - 6ème sens
    Photo Gilles Martin-Raget
  • Energy Team
    Photo Gilles Martin-Raget

Depuis le début des années 1980, le Yacht Club de France a supporté six défis français, du 12mJI à Newport au catamaran à foils à San Francisco, en passant par le Class America.

Aux côtés de l’équipe de Team France, le Yacht Club de France soutient un nouveau challenge pour l’America’s Cup qui a su, au cours des années, s’adapter aux impératifs du monde moderne pour s’imposer au premier plan des compétitions sportives internationales en préservant l’esprit de ses créateurs, une démarche qui rejoint les valeurs du Club : à travers la recherche permanente de vitesse à la mer, poursuivre un idéal d’excellence dans un processus qui engage simultanément la recherche, la technologie de pointe, la simulation numérique, sans pour autant passer outre l’intuition, l’esprit d’entreprise, l’engagement sportif, le sens marin et la solidarité d’un équipage aguerri aux techniques du Match Racing.
Le Club est également membre de l’Association Française de la Coupe America, chargée de faire vivre le 12MJI France qui fait désormais partie du patrimoine maritime. France

*Sauf en 1988 et en 2010 ou la compétition n’a connu qu’un Defender opposé à un Challenger unique